Michael Edwards, surnommé Eddy “The Eagle”, a été le premier et, jusqu’à 2002 le seul sauteur à ski à représenter la fédération olympique britannique aux Jeux Olympiques d’hiver de Calgary en 1988. Même s’il finit double dernier aux épreuves de 70m et 90m, il bat le record national de saut à ski et touche de nombreux spectateurs.

“En tant que sauteur à ski olympique, j’ai quelques connaissances sur les équipements et vêtements de protection. Même si mon casque et mes lunettes de ski me protégeaient en 1988, force est de constater que la technologie, les matériaux utilisés et le design des équipements de ski ont tous fortement évolué ces 28 dernières années.

EPI de 1988 vs 2014

Depuis les Jeux d’hiver de 1988, je suis un ardant défenseur de la marque d’équipements de ski uvex. Au cours des 28 années où j’ai concouru avec des équipements uvex, j’ai pu remarquer que leurs équipements se sont développés en termes de technologie et de fabrication.

Le design et la production des équipements de protection ont été rehaussés régulièrement pour offrir un niveau de confort et de performance même dans des conditions extrêmes. Les équipements de ski sont désormais parfaitement adaptés pour les performances sportives de haut niveau et procurent la protection nécessaire sur une piste de ski.

Masques de ski

Retour aux Jeux de 1988 – à l’époque j’étais myope, je devais donc porter des lunettes de vue aux verres épais sous mon masque de ski… Mon masque de ski s’embuait donc parfois pendant que je skiais, m’empêchant de voir où j’allais durant le décollage. Une expérience assez déconcertante, pour le moins.

Depuis, j’ai été opéré au laser. Mais aujourd’hui, les dernières technologies de revêtements anti-buée et anti-rayure sont utilisées pour tous les bons masques de ski, et les masques sont conçus afin que l’on puisse porter des lunettes de vue en-dessous, la formation de buée est quasi impossible.

Parlons désormais de la monture de mon masque. Celle-ci était alors en PVC et les oculaires en acétate de cellulose. Désormais, les masques de ski sont fabriqués en polyuréthane thermoplastique (TPU), à la fois extrêmement robuste et flexible. Les oculaires, quant à eux, sont en polycarbonate (PC), ce qui leur confère une meilleure résistance aux impacts et améliore la qualité optique, si importante lors d’un saut à ski.

Casques de ski

Avant, mon casque de ski remplissait les exigences des normes de sécurité. Néanmoins, en comparaison avec la qualité et les performances des casques d’aujourd’hui, mon casque de l’époque est bien loin des protections actuelles ultra-légères.

Dans les années 1980, mon casque était fait en PC. L’un des matériaux les plus utilisés actuellement est l’ABS, un plastique présentant une bonne tenue aux chocs. Pour les casques de skieurs professionnels, du carbone ou du plastique à renfort fibre de verre est utilisé pour l’extérieur de la coque, rendant ainsi les casques à la fois ultra-légers et stables. Pour l’intérieur de la coque, l’EPS est le matériel de choix puisqu’il absorbe les impacts et est beaucoup plus épais qu’auparavant pour respecter les normes les plus strictes. Sinon, l’utilisation d’un thermoplastique de qualité, le TPO, rend les casques plus légers et plus stables, même à des températures extrêmement basses. De telles avancées permettent à uvex de produire des casques à injection plastique aérodynamiques très légers qui répondent aux réglementations les plus sévères, particulièrement à la régulation FIS (Fédération Internationale du ski) pour les équipements de compétition.

J’ai concouru avec les équipements uvex parce que les produits ont plus que prouvé leur durabilité et leur efficacité.

Ces dernières années, la révolution dans les technologies de fabrication a rendu les équipements de ski beaucoup plus faciles à utiliser qu’auparavant. Avec la technologie qui continue d’avancer, cette tendance devrait encore se poursuivre.

Parallèlement, les équipements de protection utilisés au travail ont bénéficié des mêmes avancées. Depuis 1988, les équipements de protection professionnels se sont développés autant que les équipements de ski.

Développement des équipements de protection pour le travail

Pourquoi faisons-nous tous autant attention à assurer la sécurité des sportifs, que ce soient en ski, en cyclisme, en équitation ou dans tous sports extrêmes alors que parfois nous échouons encore parfois à protéger correctement les personnes au travail ? Après tout, un sportif professionnel fait son métier, comme n’importe qui d’autre.

EPI pour la construction et plâtrerie

Même si je reste passionné de ski, ces derniers jours, je suis retourné à mon métier de maçon / plâtrier. Dans mon travail de tous les jours, la sécurité est aussi importante que pour exercer ma passion, le ski. Un manque de sécurité n’est permis dans aucun de ces deux domaines.

J’ai testé plusieurs produits uvex au cours de mon travail et ai été impressionné par les résultats.

J’utilise les gants uvex phynomic foam et uvex phynomic wet pour leur excellente préhension – au travail et même pour le ski !

J’utilise également la lunette-masque uvex ultrasonic. Son design est influencé par celui des masques de ski et elle est également légère, très confortable, avec un écran panoramique. Les composants souples et flexibles s’adaptent au visage du porteur et offrent un excellent maintien, permettant que la poussière ne rentre pas. Ce masque pourrait très bien se porter au-dessus de lunettes de vue. Les oculaires sont anti-buée à l’intérieur et résistants aux rayures à l’extérieur. Le traitement est durable et ne s’enlève pas.

Conclusion

La technologie a révolutionnée les équipements de protection aussi bien au sport qu’au travail. Les deux domaines sont étroitement liés et l’importance des deux ne doit pas être sous-estimée. Les équipements uvex fonctionnent aussi bien au travail que dans le domaine des loisirs. »

Si vous êtes intéressés par l’histoire d’ « Eddy the Eagle », nous vous invitons à visionner la bande-annonce du film basé sur sa vie :